Home


Présentation d'un écrivain


LEOPOLD CONGO-MBEMBA

Léopold Congo-Mbemba
Léopold CONGO-MBEMBA, poète
(Photo Laurent Villepontoux)

Né le 16 novembre 1959 à Brazzaville, Lépold Congo-Mbemba est un poète africain dont l'oeuvre ne laisse pas indifférent tant par sa thématique que par ses profondes qualités stylistiques. Diplômé de philosophie (DEA de l'Université de Paris IV Sorbonne), il réside en France depuis plusieurs années. Poète reconnu, il a dirigé la Collection Poètes des Cinq Continents aux Editions l'Harmattan. Il est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes, Déjà le sol est semé, 1997, Le Chant de Sama N'déye, 1999, Le Tombeau transparent, 2002 et Ténors-Mémoires, 2002. Son dernier recueil vient de lui valoir le Prix Louis Labé qui lui a été remis en avril 2004.

 

 Recueils de poésie parus en 2002 de Lépold Congo-Mbemba :

  • Ténors-Mémoires, Présence Africaine, Paris-Dakar, Décembre 2002


Prix Louise Labé 2004

Lépold Congo-Mbemba nous offre ici son quatrième recueil de poèmes, Ténors-Mémoires. Celui-ci se situe dans la lignée des précédents par sa qualité littéraire et son sujet, mais il s'en distingue par la thématique abordée, par sa structure éclatée, ses constructions stylistiques atypiques. Ténors-Mémoires est un recueil qui exsude la sensibilité, la maturité et la maîtrise littéraire, où le fond ne sacrifie en rien à l'esthétique, à la forme, à un travail très poussé sur la langue. Au contraire tous se tiennent et se soutiennent pour former un texte poétique qui n'est pas hors du language, qui est tout d'émotions, d'amour, d'humanité et de significations, traversé de part en part de beauté et de Négritude, un texte qui nous raconte le Nègre, l'homme.
Et, que Ténors-Mémoires soit dédié à Damas, à Senghor et à Césaire n'est pas anodin, est signe de ce qu'il contient, de l'esprit qui l'anime. Par Daniel Biyaoula, auteur de la Préface.

 

  • Le tombeau transparent , Editions L'Harmattan, Collection Poètes des Cinq Continents, Paris, 1998, 2de Edition, Avril 2002


<<Le tombeau transparent tire sa substance des affres de la guerre civile que son pays a connue du 5 juin au 15 octobre 1997. En des couplets battus par le cours du sang, il parle des milliers de morts sans sépulture, jetés en pâture aux oiseaux de proie et aux chiens, il condamne ceux qui sont à l'origine de ce désastre et stigmatise leur appétit du pouvoir. Le poète ne cède cependant pas au désespoir. Il se charge de la mission "de construire la tombe de chacun de vos noms, / jusqu'à ce que revienne / la saison des bruines pour la regermination...".
Poète d'instinct, Léopold Congo-Mbemba recourt aux images hardies pour exprimer sa "quête inassouvie" de soi et de l'Autre, mais aussi de la "parole claire". Par le souffle puissant qui anime ses textes et le travail exigeant qu'il accomplit sur la langue, il prend d'ores et déjà place dans le cercle étroit des poètes majeurs de son pays, la République du Congo.>> Par Mukala Kadima-Nzuji, Université Marien Ngouabi, Brazzaville, Congo, in Notre Librairie, n°137, Mai-Août 1999, pp.63-64

LES AUTRES OUVRAGES DE LOPOLD CONGO-MBEMBA




 Home | Laisser un message

 

©2000-2001 Dieudonné Gnammankou